Degrade-01.tif
GA-Favicon-carre-noir.png


Global Africa

Redynamiser la recherche africaine

ird.png
UIR.png
lasdel.jpeg

Présentation du projet

Le programme Global Africa s’inscrit dans un contexte où le continent africain compte 13 % de la population mondiale, mais contribue pour moins de 3 % aux publications scientifiques. Aujourd’hui, si l’élite des chercheurs africains publie dans des revues internationales, la très grande majorité reste tributaire de contextes nationaux marqués par des revues locales et des presses universitaires souvent peu attractives.

 

La crise de l’enseignement supérieur en Afrique a en effet laissé la communauté universitaire sans moyen d’édition viable ni capacité de produire, de promouvoir et de diffuser les résultats de ses chercheur·e·s au niveau continental et international, une condition indispensable pour porter les voix africaines dans les débats mondiaux.

 

Dans la plupart des pays, les arbitrages entre la recherche, l’enseignement et les activités de consultance se font au détriment de la première. Il en résulte des défaillances multiples et cumulatives : des pans entiers des transformations politiques, socio-économiques, culturelles et environnementales en cours demeurent inintelligibles, faute d’être pensés depuis le continent.

 

Les enseignements se renouvellent peu, faute de recherche. Les politiques publiques ne s’appuient pas suffisamment sur des données fiables, avec pour conséquences que le continent se donne à comprendre principalement à travers le monde extérieur et que plus globalement, ses voix restent largement inaudibles dans les débats internationaux.

 

Il faut ajouter à ce tableau une recherche disciplinairement cloisonnée, produite essentiellement en anglais ou en français, et très fortement masculine. Autant de motifs qui posent avec acuité la problématique de sa légitimité sociale et de son défaut d’intégration à la société, c’est-à-dire sa capacité à identifier et à prendre à bras-le-corps les besoins essentiels des sociétés et des institutions.

 

Partenaires

L’ambition de Global Africa est de rayonner sur l’ensemble du continent africain par une organisation fédératrice. Le programme a été    co-construit par quatre institutions que sont le LASPAD de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal), l’Institut de recherche et développement (France), l’Université internationale de Rabat (Maroc) et le LASDEL de Niamey-Parakou (Niger-Bénin) qui le co-pilotent collégialement dans le cadre d’un consortium.

Neuf autres structures partenaires s’y ajoutent :​​

  • African Studies Association for Africa (ASAA), Ghana

  • Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA), Sénégal

  • Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), France

  • Université de la Manouba (ULM), Tunisie

  • Les Afriques dans le monde (LAM), France

  • Institut des mondes africains (IMAF), France

  • The Conversation, France

  • Université Virtuelle du Sénégal (UVS), Sénégal

  • Réseau des journalistes scientifiques d’Afrique francophone (RJSAF), Afrique de l’Ouest

 

La revue Global Africa

La revue Global Africa accueille des réflexions sur les enjeux globaux et leurs défis saisis à partir de l’Afrique et de ses diasporas, dans le cadre de la quatrième révolution industrielle, cela afin de penser de manière critique le continent et ses trajectoires sociales, politiques, culturelles, économiques, scientifiques, en s’appuyant sur une politique d’ouverture :

  • vers des auteurs de toutes origines disciplinaires comme intellectuelles ;

  • vers des thématiques et des champs de recherche dont les paradigmes seront repensés (car étant notamment à l’interface de disciplines et/ou de préoccupations politiques, scientifiques et citoyennes) ;

  • vers les utilisateurs des connaissances publiées (acteurs des sociétés civiles, décideurs, secteur privé…) ;

  • et enfin vers les langues africaines mobilisées comme langues de recherche et de travail.

Global Africa s’ouvre à des contributions originales et critiques sur les problématiques inscrites dans les agendas internationaux et à des réflexions sur les rationalités, les valeurs et les pratiques mises en œuvre dans les « trajectoires de développement » du continent.

Global Africa publie des textes originaux et/ou traduits en français, arabe, anglais, swahili, et espagnol.

Disponible en ligne en open access, et en format papier en impression à la demande ou sur abonnement, Global Africa publie quatre fois par an un numéro thématique, incluant des textes hors dossier (varia).

revue-global-africa-N°1
 

Créé en 2014, le LASPAD est un laboratoire de recherche de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal, rattaché à l'UFR Civilisation, religions, arts et communication et affilié à l'UFR Sciences juridiques et politiques.

Le LASPAD dispose d’un réseau d’experts seniors et fait partie de différents réseaux internationaux existants. Le laboratoire accueille et travaille avec de nombreux jeunes, doctorants, chercheurs, entrepreneurs, artistes ou acteurs des organisations de la société civile. Dès lors, le LASPAD développe plusieurs dispositifs de mentorat permettant de créer, d’appuyer et d’accompagner des collaborations entre un chercheur senior et un chercheur junior, mais aussi plus généralement entre une personne plus expérimentée et une personne plus jeune dans différents domaines de compétences et d’expertises. 

Le LASPAD accompagne et soutient ses chercheurs juniors et seniors dans le renforcement et l’actualisation de leurs compétences et l’acquisition de nouvelles. Ressources, certification ou diplomation, il existe de nombreuses possibilités de formation en ligne et à distance.

Le LASPAD conduit ses activités à travers les principes du CEA : Community engagement and accountability. L’engagement communautaire et redevabilité reconnaît et valorise les membres de la communauté en tant que partenaires égaux. Cela permet de nous assurer que leurs opinions sont intégrées de la conception à la réalisation d’une activité.

Le LASPAD développe son action à travers les dimensions de l’innovation sociale. Celle-ci élabore et propose des solutions efficaces à des enjeux complexes auxquels ni les acteurs publics et ni les acteurs privés ne parviennent à répondre seuls. La position d’un laboratoire universitaire est idéale pour mettre en synergie les intelligences collectives de l’ensemble des acteurs et des populations elles-mêmes pour formuler et exécuter des réponses nouvelles aux besoins sociaux nouveaux ou toujours mal satisfaits par les politiques sociales. 

Le LASPAD conduit plusieurs projets de recherche-action pour lesquels la production de savoir doit d’abord servir des actions qui répondent durablement aux besoins des populations. Dans le cadre de l’engagement communautaire et de l’innovation sociale qui contribue à l’identité et au positionnement du laboratoire, les projets conduis par le LASPAD s’inscrivent dans différents domaines d’intervention.

Le LASPAD accompagne et soutient ses chercheurs juniors et seniors dans le renforcement et l’actualisation de leurs compétences et l’acquisition de nouvelles. Ressources, certification ou diplomation, il existe de nombreuses possibilités de formation en ligne et à distance.